Concours Clara Haskil

Information

This article was written on 23 août 2017, and is filled under Blog de la Jeune Critique 2017.

Current post is tagged

, , , ,

Petite rétrospective des candidats qui jouent en premier lors des Quarts de Finale

Être le premier à jouer et à ouvrir une compétition est quelque chose qui est très souvent appréhendé par les musiciens. L’ordre de passage est décidé à l’avance par le concours et les musiciens n’ont pas la possibilité de choisir à quel moment ils se présenteront devant le jury et le public. La Jeune Critique a décidé d’interroger quelques-uns des candidats qui ont joué en premier (à 10h) lors des quarts de finale afin de connaître leur ressenti à ce propos.

La plupart des participants avoue que s’ils avaient eu le choix, ils auraient préféré occuper une autre position que celle qui consiste à ouvrir la journée d’épreuves. « Les premiers musiciens qui jouent se font de toute façon applaudir », nous signale un candidat. Mais certains se demandent alors s’il s’agit d’encouragement ou bien si le public les applaudit car il a véritablement apprécié les pièces qui ont été interprétées. De plus, dans les concours internationaux où il y a énormément de concurrents, jouer en première position est souvent peu avantageux, car les musiciens redoutent que le jury base son jugement en fonction de la toute première prestation de la journée et que cette dernière ne serve que de « valeur étalon » pour la suite. La première position provoque donc une certaine appréhension et une certaine insécurité auprès des musiciens.

Un candidat du concours Clara Haskil 2017, Alberto Ferro, estime quant à lui que l’heure de passage n’est pas ce qu’il y a de plus décisif. Pour lui, le jour de passage est plus significatif : « si j’étais passé en premier le jeudi 17, j’aurais eu un peu peur de briser la glace, mais quoiqu’il en soit, le fait de jouer à 10h du matin n’a pas été stressant parce que j’étais assez reposé… et je m’étais réveillé seulement deux heures avant ». On observe que le fait d’avoir joué le dernier jour lui a permis de se reposer, de se détendre, de « s’acclimater » et d’avoir plus de temps pour s’entrainer que s’il avait joué le premier jour.

Même si la plupart avoue préférer ne pas occuper la première place, chacun trouve néanmoins un moyen pour se détendre et se relaxer avant de monter sur scène. De même, tous les candidats interrogés nuancent leurs propos en précisant que l’heure de passage n’a pas d’impact sur la performance musicale à proprement parler : « Ce qui a été travaillé jusqu’au concours ne change pas ». Indépendamment de l’heure et du jour de passage, ils se sont préparés longuement et de manière assidue afin de fournir la meilleure des prestations. Un musicien va même jusqu’à dire : « être le premier est bien car on n’est pas influencé par les musiciens qui passent avant nous ».

Barbara Smoljan pour la Jeune Critique

© Photographie de Céline Michel / Concours Clara Haskil

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté·e pour rédiger un commentaire.